Langue:      

IV.1. NÉCESSITÉ DES APITHÉRAPIQUES

 

L’une des plus grands problèmes de tout apithérapeute est la possibilité d'avoir à la portée de main, afin qu’il puisse les prescrire, des apithérapiques contenant les agents thérapeutiques qu'il estime nécessaires pour atteindre l'objectif thérapeutique poursuivi. Bien sûr, pour être en mesure de les conseiller aux patients, les apithérapiques devraient être dans le commerce, ou être produites par chaque apithérapeute, selon les maladies qu'ils traitent.

En Roumanie, comme ailleurs dans le monde, les apithérapiques standardisées avec une action déterminée pharmacocinétique rigoureusement determine, sont peu nombreux. Les plus connus sont: la gelée royale - injectable ou par voie orale - ou diverses formes d'apithérapiques qui sont basé sur la propolis (elles peuvent avoir des effets allergisants) ou le venin d'abeille (il a un fort potentiel thérapeutique dans certaines maladies, mais sera administré tout en prudence, étant  limité sourtout par ses actions allergènes et hémolytique). La production des apithérapiques standardisées nécessite non seulement le travail d'équipe des chercheurs, pharmaciens et  médecins, mais aussi des très complexes équipements techniques. Une telle action concertée, coordonnée et de hauts paramètres scientifiques, serait bénéfique non seulement pour les apithérapeutes mais il serait aussi dans l'intérêt majeur de la santé des patients.

De toute évidence, la source des substances qui sont dans la structure de l’immense gamme de médicaments de production farmacochimique est la nature. L'apiculture, par l’interlude de l'abeille peut rendre à la portée de la production de médicaments standardisés, sans exagération, presque toutes les substances qui ont une autre source d’origine que les produits de la ruche. En outre, l'abeille offre des substances et des combinaisons de substances qu’on ne peut pas  reproduire dans des laboratoires, mais qui ont un rendement apithérapeutique élevé. Et effectivement crucial, l’abeille offre des biomolécules compatibles jusqu’à l'identité avec lequelles de l’homme. Les apithérapiques standardisées peuvent devenir, elles devrait devenir, parce qu'ils ont cet unique potential, le soutien irremplaçable de ce qu'on appelle la biomédecine de l’avenir. Si c'est le cas, la question se pose naturellement: comment expliquez-vous que les produits de la ruche restent en dehors de l’intérêt des fabricants de medicaments ? Les réponses pourraient être deux: 1) soit ils ne savent pas assez bien la biochimie des substances offertes par les abeilles, qui peu s'expliquer par leur absence imméritée de leur étude dans l’enseignement de la pharmacie; 2) soit, parce que cette source de la substances, peut-être plus cher que les autres, résultera dans l'augmentation des coûts, ce qui résultera dans la réduction des bénéfices des industriels.

Un peu plus de la portée des apithérapeute sont les compléments alimentaires préparés à partir de combinaisons des certains produits de la ruche, tels que les miels propolisés dans des proportions de pourcentage différentes, des miels avec gelée royale ou des mélanges du pollen ou de la cire vierge avec différentes variétés de miel, etc. Ces suppléments peuvent être prescrites dans de diverses maladies, bien qu’ils presentent des inconvénients. La combinaison des produits apicoles et éventuellement d'autres ingrédients non-apicols, qui se trouvent dans le commerce, correspondent ou non aux intentions du thérapeute.

Ensuite, certains ingrédients, avec un poids moléculaire inférieur au miel, éventuellement avec une structure de stérol prononcée, ont la tendance de séparation, se montant à la surface du récipient. C'est le cas, par exemple, des miels avec gelée royale. De cette façon, le patient ne peut pas bénéficier de la prise rythmique et en doses égales de la gelée royale: les premiers jours il épuisera la gelée royale qu’on trouve à la surface du miel, puis il mangera, simplement, le miel.

L’administration des apithérapiques, quelles qu'elles soient, oblige l’apithérapeute d’avoir des connaissances médicales plus diversifiées que celles d'un médicin spécialist dans l’une ou l'autre des compétences médicales. ll ne poura pas rater parmi ses connaissances la biologie moléculaire et cellulaire, la biochimie, l'allergologie, immunologie, etc Mais, de plus, l’apithérapeute faut connaître bien la biochimie des produits d'abeilles, ainsi que les doses de substances bioactives qui peuvent être administrés selon les critères médicaux communément connus.

<< Revenir en Table des Matiers Continuer a lire >>
Copyright ©2010 - 2017 Apitherapy. Toate drepturile Rezervate. | Site realizat de servicii.IT