Langue:      

DE L’APICULTURE ET L’HISTOIRE
Á
L’APITHERAPY MEDICAL CENTER

(Histoire de certaines incidents entrelacés avec trop de travail)

Sauvez Roșia Montană!
Sauvez les forêts de la Roumanie!

        

         Nous entendons souvent les gens que les événements ont leur sens. Rien ne pourrait être un pur hasard. Nous ne discutons pas ici les catégories philosophiques de hasard et nécessité. Mais sur la route à  partir de l’apiculture jusqu’à l’etablissement d’un centre médical d’apithérapie, du professeur d’histoire au médecin dans la science médicales, une longue série d’événements s’est passée. Et de travail ! Combien? De sorte que lorsque je regarde en arrière, je voulais avoir plus de courage que j’ai maintenant, si je devrais prendre tout depuis le début. Moi non plus, maintenant, au moment où j’écris ceci, je ne peux pas vraiment m’expliquer ce que serait ma vie si l’un des événements qui ont été enfilées le long de cette route ferait défaut.

         La première histoire est que j’ai grandi parmi les abeilles: mes parents étaient apiculteurs, comme mes grands-parents et arrière-grands-grands-parents. Leur rucher était en Bălăneştii de Gorj, en bas de la colline au titre significatif: Prisăci = rucher (archaïsme qui, le plus récent, serait appelé la Colline des Ruchers). Cet endroit offer aux abeilles une flore mellifère d’une rare diversité et l’abondance. Une fois, il y a 20 ans, il m’est arrivé d’avoir l’occasion d’envoyer chez un laboratoire en Allemagne du miel polyfloral récolté du rucher situé sur cette colline. Le rapport d’analyse que le laboratoire m’a envoyé, m’a frappé: dans la structure du miel il y avait le nectar provenant d’un certain nombre de 76 espèces de plantes mellifères différentes ! Il m’est arrivé d’avoir la patience et la curiosité – pour étudier le potentiel médicinal de chaque plante. C’était incroyable de voir dans combien de maladies pourrait intervenir d’un façon bénéfique une cuillère de miel ! De plus, le sol contient plus de calcium (le vin est fort !) et du selenium, un oligo-élément antitumoral et antioxydant remarquable, sans lequel la vitamine E (vitamine de fertilité et  longévité) est administré inutilement!

         Par conséquent, je ne sais pas aucun cas d’infertilité chez les habitants, aucun cas de cancer et les gens sont longévifs: les décès de moins de 85 ans sont assez rares; sur moins d’un kilomètre du village vivent quatre personnes qui ont “sauté” de cent ans! Fait intéressant, bien que l’eau potable contient plus de calcium, les résidents nés des familles locales ne font pas des pierres de rein, car j’ai remarqué que cela arrive à beaucoup de ceux qui sont venus plus récemment. Il est, je pense, un exemple d’adaptation du corps humain à travers les siècles aux conditions du site. Pas moins vrai que le vin, que les habitants aiment plus particulièrement, et qui personne ne le contrefait, comme c’est le cas avec le vin des bouteilles d’étiquettes de luxe, ce vin donc, aura eu un rôle dans la régulation de l’acidité nécessaire au métabolisme de ce minéral précieux du corps.

         Si, maintenant, des nombreux enfants et jeunes se réveillent le matin ne sachant pas quoi faire de sa journée, surtout s’ils n’ont pas «pris» le goût de la lecture ou de l’intérêt pour quelque chose qui occupe utilement leur jour, ils prennet facilement des routes qui sont barrées sans issue das le mal. Dans l’enfance de mon âge, les enfants connaissaient bien au soir ce qu’ils feront demain. Il m’est arrivé d’avoir un enseignant, un instituteur, Draganescu Grégoire, qui non seulement nous a discerné le mystère des lettres, “les moutons noirs sur le champ blanc” , disait-il – mais il nous a aussi appris comment les paître ! Il nous donnait des livres de sa propre maison, mais il aussi nous enquêtait afin qu’il sache si nous avons lu et si nous avons une meilleure compréhension du monde. Une autre histoire, c’est que la commune avait alors une bibliothèque avec beaucoup de livres. Combien des communes de la Roumanie d’aujourd’hui ont une bibliothèque? Il y avait aussi un bibliothécaire avec le programme pendant huit heures et il est arrivé à aimer ce qu’il a fait. Aussi d’ailleurs, cette bibliothèque était près de notre maison. On pouvait lire quoi que ce soit et il n’était pas rare de voir des enfants du village se vanter avec le numéro d’enregistrement de livres écrit sur leur liste prêt. Quand lisaient-ils ? Á tout moment, avec le bétail sur les collines ou aux moments d’échappement de tâches du ménage. Tous les enfants, mais absolument tous, étaient occupés dans les travaux ménagers, après leurs pouvoirs. Beaucoup d’entre eux, partout où ils allaient, avaient un livre avec eux. Depuis lors, j’ai l’habitude que, partout où je vais, j’aie un livre avec moi. Je me souviens, par exemple, l’utilité des séances long et ennuyeux pour faire de la lecture. Ou les jours de pastoral montagnard avec le rucher. Enfin, chaque occasion étaitt bonne à lire. J’ai eu la chance de faire partie de la génération qui a fondé sa culture sur la lecture, radicalement différente des générations dont la culture se résume dans les modèles proposés par la télévision ou l’ordinateur, plutôt pauvre et maigre – vous prenez ce qu’on vous donne, manquant le filtre et la participation propre.

         Après l’enseignement primaire et générale, dont les cours j’ai suivi dans mon village natal, entre 1962-1966, j’étais l’élève du lycée Tudor Vladimirescu, à Targu Jiu. Dans les années 1966-1971, j’ai fréquenté la faculté d’histoire d’Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi. Grandissant, parmi les ruches, aidant mes parents au travaux spécifiques de l’apiculture, lorsque j’ai obtenu mon diplôme de l’université, sans personne pour prendre le rucher, j’ai répondu à l’appel – peut-être un peu trop sentimental – de ne pas interrompre une occupation traditionnelle assez vieille dans la famille, ce qui m’a déterminé de revenir à la maison. Il était, ça aussi, un autre accueil .

 
Le rucher sur la Colline Prisăci (Ruchers)   Miel polyfloral de Balanești


 

Abeilles au travail   Et ce sont douces!


 

Reine entre les vassals   Dans l’ombre des sous-bois de jardin

         Entre 1971 – 2000 j’étais professeur d’histoire de lycée à Targu-Jiu. 30 années d’enseignement ont passé et la meme ancienneté comme apiculteur et autodidacte dans l’étude des effets thérapeutiques des produits de la ruche. La pastorale d’été à la flore de montagne signifiait pour nous du travail, mais aussi du temps de continuer à lire! Pendant près de deux mois, avec les enfants nous devenions des montagnards.

La montagne est la place où coulent

 
le miel (rucher sur Gilort)   et le lait (au bord de la montagne)

         Parfois j’allais chercher des âtres de rucher, bien loin, vers Obârșia Lotrului (Les origins du rivière Lotru). Parfois, les inondations torrentielles obstruaient par des débris ou des troncs d’arbres renversés ou apporté par la tempête. Pas toujours j’étais en mesure d’y passer, même avec «la russe» (Lada Niva), la tronçonneuse, la hache et la pelle, des outils qui m’ont toujours accompagné. Toujours sous le siège du conducteur était un pan, le même que pour les crêpes et une bouteille d’huile. Parfois, le pain devenait tout aussi moelleux, comme le sommet rocheux du montagne.

 
Repas sur le capot de Niva   et l’eau des entrailles du montagne

et quand la nuit arrive et la route est bloquée,

 
On gare hors de portée des inondations,   on gagne à sueur de la front la nourriture de la vague de Gilort,


 

On prépare un dîner modeste,   si rarement apparaît quelqu’un, on a avec qui partager le repas et les paroles

         Pendant ce temps, l’inclinaison vers la compagnie des livres, m’a donné l‘occasion de publier d’articles et d’études, de devenir collaborateur des publications Litua, Columna, Magazin Istoric (Magazine Historique), Revista de Pedagogie (Magazine de Pédagogie), Gorjeanul, etc. Lorsque «les temps» ont fait ça possible, j’ai aussi publié deux livres d’histoire: “Entre un royaume et deux empires”. 1526-1699 », à la Maison d’Édition Point, Tg-Jiu, 1996 et “La Chrestomatie de l’histoire du Gorj», à la Maison d’Édition Point, Tg-Jiu, 1998.

         Prenant le rucher – les activités apicoles ont été combinés d’un façon hereux avec les activités didactiques et avec lesquelles “de s’asseoir à la table à écrire”, car je voulais savoir non seulement la colonie d’abeilles, mais aussi les modes operatoires et de récupération plus élevés des produits de la ruche. Sans aucune exagération, j’ai lu tout ce qui a été écrit en Roumanie et je m’avais fourni des études et des livres d’autres pays aussi, liés à l’apiculture et l’apithérapie. Bien sûr, j’ai profité grandement de l’expérience déjà acquise, empiriquement, par de nombreuses générations de mes ancêtres. Les gens du village, dans des lieux plus éloignés, venaient et demandaient à ma grand-mère et ma mère des produits de la ruche pour les plus différents troubles de santé. Frappé par la puissance thérapeutique inégalée des produits de la ruche – miel, chapeau, cire, Apilarnil, propolis, gelée royale, pollen, pain d’abeille et venin – j’ai commencé à étudier leurs effets, en particulier les effets de combinaisons de ceux-ci, à des concentrations différentes, pour traiter des conditions de plus en plus mauvais.

         Mais sur le chemin de la formation de l’apitherapeutist, un incident, aussi, a eu un rôle majeur. En Juillet 1989, j’ai parti avec une cargaison de miel emballé que j’avais l’intention de la vendre sur le Transfăgărăşan, au taux de 2000. Il m’est arrivé de quitter la maison sans un livre, et il y a beaucoup de temps là-haut ! En Curtea de Arges, dans la rue qui mène au monastère célèbre du maître Manole, à proximité duquel passé la route vers les montagnes, je me suis arrêté dans une librairie et j’ai acheté deux livres imprimés dans l’édition Apimondia. Dans ces livres, j’ai trouvé études sur la valeur pharmacocinétique des produits de la ruche. Leur lecture a été la première étape vers la connaissance scientifique de l’apithérapie. Dans ce temps, aussi, s’est passé autre événement: une maladie d’un membre de la famille qui n’a pas pu être guéri après de longues traitements allopathiques, sur les voies classiques. Compte tenue de ce que je savais à ce moment j’ai fait certaines combinaisons de produits de la ruche, employant, aussi, d’autres adjuvants: extraits de plantes, fruits, céréales, minéraux. Il est arrive, dans ce temps, à un point où la seule façon d’intervenir dans cette condition était la chirurgie. Mais au bout de 75 jours en raison de ce que j’appelle l’apithérapie aujourd’hui, un nouvel examen du cas a constaté une rémission complète. Ce fut quand le moment d’apparition de la croisée des chemins. J’ai mis dans un tiroir les matériaux déjà fiches, destinés pour un autre livre d’histoire auquel je travaillais et j’ai commencé un long travail par soi-même.

         Habitué à la recherche méthodique, j’ai résumé tout le temps les observations comparatives sur les effets thérapeutiques de différents produits de la ruche et de diverses apithérapiques que j’ai scientifiquement conçus, selon les substances necessaries à la cible thérapeutique poursuivie.

         Pendant ce temps, je suis devenu contributeur aux publications des préoccupations dans ce domaine, j’ai participé avec les papiers personnels à diverses colloques ou conférences. L’expérience accumulée s’est concrétisée aussi par la publication d’études et de deux livres d’apithérapie “L’ABC de l’Apithérapie” en 1995, Ed Point, Tg-Jiu, et “209 recettes apithérapeutiques”, 1999, Ed Nipexim, Tg-Jiu. Comme autodidacte, j’ai appris la biologie moléculaire, la biochimie médicale, la physiologie, la nutrition, l’immunologie, l’allergie, etc.

         Suite à la publication de livres, d’études et d’articles, à partir de 2001, j’ai été invité à enseigner le cours d’apithérapie organisé par ANATECOR. C’était le premier cours d’apithérapie enseigné en Roumanie, auquel, pour formaliser mes préoccupations, je me suis joint à titre d’étudiant, obtenant comme ci le degré de spécialisation. En 2003, j’ai obtenu le grade de chargé de cours dans l’apithérapie.

         Pour faire confiance à la capacité de l’apithérapie de guérir un large éventail de maladies par un titre médical universitaire, à la suite des études effectués en 2004-2006, j’ai obtenu une maîtrise en sciences de la santé, la section “Techniques de biologie cellulaire dans le diagnostic des maladies” avec la thèse “L’Apithérapie dans la planification familiale”. Suite aux préoccupations et études publiés sur la biochimie des apithérapiques et leur influence sur le corps humain au niveau cellulaire et moléculaire, en 2004, je suis devenu membre de la Société Roumaine de Biologie Cellulaire, Direction de Iaşi.

         Progressivement, l’apithérapie a gagné du terrain dans la Roumanie, aussi, devenant, officiellement, une compétence médicale.

         Comme j’avais l’habitude d’étudier, pendant les années 2008-2012 je suis devenu docteur en sciences médicales de l’Université de Médecine et Pharmacie “Gr. T. Popa” de Iaşi. Au cours de mes études doctorales, j’ai été chargé de cours en 2008-2009 – dans le Département de Biologie Moléculaire et Cellulaire – pour le cours d’Apithérapie clinique, suivie par des médecins et des pharmaciens et pendant les années 2010 – 2011 pour le cours Les bases fondamentales de l’apithérapie et l’apithérapie clinique . En Février 2012, j’ai reçu un doctorat en sciences médicales, en soutenant la thèse des “Rééquilibrage apithérapiques des protéines plasmatiques. Son importance dans le traitement des maladies auto-immunes héréditaires ou acquises”. Cette thèse est le résultat des préoccupations de démonstrer scientifiquement le potentiel des apithérapiques d’interférer bénéfiquement dans le traitement des maladies auto-immunes, parce qu’elles sont une alternative supérieure aux médicaments allopathiques, classiques.

         Durant toutes ces années, nous avons bâti l’Apitherapy Medical Center, dans la commune Bălănești, sur la colline nommée du façon predestine – Prisăci (Ruchers). Comment avons nous choisi cet endroit? La flore mellifère, d’une variété rare, a eu un rôle dans le choix. Tout d’abord, cependant, c’est l’endroit où ont vécu mes parents, mes ancêtres. Tout le monde doit être lié à un lieu, être de quelque part. Sur le monument des héros de la guerre qui a préparé la Grande Union de 1918 est inscrit le nom de notre grand-père, le père de ma mère. C’est d’ici qu’il est allé de donner sa vie pour le grand rêve de Roumains et nous sommes restés ici pour donner au lieu la scène de la vie. Et pour l’honorer par ce que nous faisons. Le père de l’héros avait apporté de Prague les cloches de l’église du village. Nous les entendons souvent, surtout quand nous travaillons parmi les ruches, mais leur son est aussi entendu des Cabinets Apiregia Imunostim, partie d’Apithérapie Medical Center. C’est alors que nous savons que nous sommes là où nous devrions être!

Durant toutes ces années, nous avons construit l’Apithérapie Médical Center.

Les débuts n’ont pas été faciles

 
C’est ainsi que le travail a commencé   Puis, il a semblé comme ça


 

Et quand il fut prêt,   premiérement j’ai apporté les livres.

J’ai arrangé la sale de classe de l’Apitherapy Medical Research

 
où la casuistique est classifiée ante- et postapithérapie   L’entrance dans dans la cour intérieur, dans la sale d’attente des cabinets


 

  J’ai préparé la sale d’attente   Photos des cabinets d’Apiregia Imunostim


 

  J’ai construit le bâtiment des laboratoires pour la production des apithérapiques   Photos des laboratories

Je me suis arrangé et de la pharmacie ..


... j’ai arrangé la cour intérieure

         J’ai aussi “bâti”” un succeseur: mon fils, Călin Vasile Andrițoiu. En fait, en tant que spécialiste en apithérapie, il s’est “bâti” par soi meme, grâce aux études sérieuses à la fois au niveau fondamental et clinique. Au-delà de la fierté parentale, que je ne cherche pas cacher, ses efforts ont été reconnus et confirmés par quatre maîtres et un doctorat en sciences médicales et après une année, suite des etudes post-doctorat, il recevra le titre de Ph.D. professeur. Il a fréquenté l’école de médecine et le premier Master dans les sciences médicales, en raison de ses préoccupations pour l’étude de l’apithérapie et d’autres thérapies complémentaires, s’est materialisé dans le travail de dissertation “La biostimulation du corps par de produits naturels et de techniques de thérapie complémentaire”. Puis, il a obtenu le titre de Docteur en sciences médicales, l’Université de Médecine et Pharmacie “Gr. T. Popa” de Iași avec les theses “Effets des produits d’apithérapie sur les mécanismes physiopathologiques des cirrhoses du foie”. Les apithérapiques utilisées expérimentalement pour traiter les rats de laboratoire auxquels on a induite la cirrhose au cours des recherches ont été réalisées exclusivement par des laboratoires au sein de l’Apithérapie Medical Center. Maintenant, post-doctoral, pendant la route vers le titre de Ph.D. professeur. il étudie la biochimie des polymers d’abeille.

         Au lycée, j’étais son enseignant et tuteur. Puis – parce que c’est ainsi qu’a voulu l’abeille, celle qui change des destins – j’étais son conférencier pour le cours de l’apithérapie. Et maintenant il a devenu mon collaborateur, en particulier dans l’étude des effets des aithérapiques que nous produisons, en particulier pour les maladies dans le domaine de la gastro-entérologie et l’hépatologie. Depuis plusieurs années, nous signons ensemble des études collaboratives et participons ensemble, parfois avec des études conjointes, aux conférences sur des sujets d’apithérapie. J’ai développé un certain nombre d’œuvres de collaboration, y compris les deux livres publiés en partenariat en 2010. Il continue à peindre, il a eu des expositions personnelles, il participe à des expositions annuelles des médecins peintres et il apprend encore.



 

Photos de la biobase   d’Apitherapy Medical Center

 

 
2010: participant, ensemble, à   la Conférence Internationale sur les Thérapies Complémentaires

2010: nous avons signé, ensemble, deux livres sur l’Apithérapie, les apithérapiques et les principes de leurs interventions au niveau moléculaire-cellulaire dans les maladies humaines.

 

 

 
Photos   de l’atelier de peinture

         Et maintenant, aussi, Călin se souvient du temps quand il était enfant et il allait pendant les étés en pastorale avec le rucher dans les montagnes de Gilort. Pendant la journée il lisait couché sur une couverture, au soleil ou à l’ombre d’un sapin, quand il ne contribuait pas aux travaux du rucher ou n’était pas occupé à lancer des pierres exactement aux endroits où son frère, Radu, “donnait la tige” à la truite dans les vagues du Gilort. Le soir il commençait se jouer avec Bombi, le petit chien sur lequel il peut maintenant, aussi, dire beaucoup d’histoires. Lorsque la brise du soir soufflait, les deux enfants enveloppés dans des couvertures, autour du feu, écoutaient des histoires, racontaient des leurs propres et comptaient les avions traversant le ciel avec leurs lumières clignotantes, attendant la lune se levant d’auprès les crêtes aiguilles de Tărtărău. Puis, la lumière de l’astre de la nuit blanchait les pierres des prairies du montagne Seaca, et les pierres blanchies nous semblaient  être des moutons dispersés dans le pâturage. Les sapins bruissaient comme des mystères de forêt vieille, accompagnés par l’onde male du Gilort, concassée ici et là par les rocks sur lesquels elle jettait en colère ses gouttes pulvérisées d’argent par la lune. Nous, des ruchers solitaires, perdus dans la prairie entourée de crêtes de montagne, frappés d’une telle splendeur, nous ne trouvions plus de mots pour d’autres histoires.

         Comment montreraient-ils, ces montagnes, empoisonnés au cyanure à Rosia Montana, ou dépouillés de forêts par des tronçonneuses, comme c’est le cas partout ? Partent les pins droits dans des pays étrangers, parce que des gens aux esprits tordus, cupides et stupides, soient capable de vagabonder, promenant leur graisse frauduleuse dans des voitures de luxe, pour lesquelles ils n’ont pas dépensé qu’une signature approuvant le massacre fait par des tronçoneuses dans les forêt. De quelles gouffres étrangères d’honneur et  d’honte ont-iles apparu ? Si la richesse nationale ne serait pas volée par des conspirations indignes moins de Roumains seraient morts dans le train, alors, en Espagne. Ou peut-être aucun d’eux.

     Les enfants et les abeilles ne peuvent vivre que dans un pays propre. De telles pensées se produisent-elles dans un article scientifique ? Peut-être, car l’abeille est la vie et la vie donne la vie.

         La Colline Prisăci (Ruchers), même dans le voisinage de nos ruchers et d’Apithérapie Medical Center, porte un trésor de plus du passé millénair. C’est l’orchidée Apifera Ophris, qui est en danger. C’est une orchidée rare, un symbole de résultats mimiques naturels. Coexistant siècles après siècles dans le même écosystème, les fleurs de cette orchidée ont arrivé d’imiter les formes de l’abeille. Si vous ne regardez pas de près, les fleurs de cette orchidée appelée par les habitants la petite abeille semblent être des abeilles qui butinent commencant a recueillir le nectar de la prairie.

 

Ophris Apifera de Bălănești – un symbole de l’inimitable création de la nature

                                      

Tous les ci-dessus sont aussi les suivantes:

  • un hymne dédié à la nature magistrale, habile, le bien le plus précieux que vous devez envoyer aux enfants sans tache;
  • un appel pour sauver Rosia Montana menacé par des cyanides avec la mort éternelle;
  • un appel pour sauver les forêts de l’avidité hideuse de ceux qui approuvent les coupes forestière

Je ne sais pas si mon petit-fils, Mihnea Ștefan Andrițoiu, va hériter ou pas l’apiculture et l’apithérapie,

Mais pour  lui et tous les enfants et petits-enfants nous avons le devoir de laisser un pays propre où  ils peuvent grandir leur succeseurs sans peur de  cyanures  et d’autres agents tueurs. La mort est apporté par les amateurs de commissions, pour lesquels la patrie est seulement  l’endroit idéal pour faire des fortunes volées à nos descendants, qu’ils  déjà dépensent dans d’autres parties du monde.

Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons les arrêter. La Roumanie n’est pas la nôtre. Nous sommes seulement les  dépositaires d’un héritage. La terre appartient à nos enfants et petits-enfants. Et les Monts Apuseni sont les montagnes du  pays.

Il ne suffit pas de crier: Dieu,  protège les Roumains ! Que nous comprenions le danger mortel, que nous nous unissions, parce que c’est la seule façon, nous par nous même, que nous pouvons nous protéger.

Dieu n’aide que ceux qui s’aident eux-mêmes!

Copyright ©2010 - 2017 Apitherapy. Toate drepturile Rezervate. | Site realizat de servicii.IT