Langue:      
IV.5.3.2.1. UN EXEMPLE DE SYNERGIE CLINIQUE DANS L’AUTO-IMMUNITÉ

 

Il est bien connu le rôle bénéfique de l'intervention dans la réponse immunitaire des granulocytes PMN pour la neutralisation des antigènes exogènes ou endogènes.

On pourrait choisir d'autres exemples sur d'autres maladies, où l'action synergique du complexe de substances bioactives contenues dans les apithérapiques que nous produisons ont clairement un rôle bénéfique. Nous avons choisi un exemple des maladies auto-immunes dans lesquelles l'intervention de PMN, l'un des moyens les plus efficaces d'action du corps humain dans les blessures corporelles causées par des auto-anticorps qui est positivé par l'action des antigènes pour deux raisons. D'abord parce que les maladies auto-immunes sont une offensive déterminée, touchant un nombre de plus en plus grand des humains. La deuxième raison sont les succèses que nous avons obtenus par l'apithérapie, dans diverses maladies auto-immunes. En première médicale, par l’apithérapie, nous avons pu négativer les auto-anticorps synthétisés comme un résultat de l'action des antigènes exogènes ou endogènes.

Cela a été possible grâce à la recherche que nous avons mené sur les troubles cellulaires causés par l'auto-immunité, la manière et les substances d’intervetion de la médication anti-inflamatoires stéroïdienne (AIS) et non stéroïdienne (AINS). Ceux-ci ont été combinées avec l'étude des facteurs immunosuppresseurs, immunomodulateurs et contenues dans les apithérapiques, qui ont le potentiel d'interférer d’un façon bénéfique avec les mécanismes d'auto-immunité. Nous avons consacré au potentiel immunomodulateur des apithérapiques un nombre important d'études déjà publiées (voir l'annexe 1) et une thèse de doctorat en sciences médicales. Et dans le présent travail l’apithérapie dans les maladies auto-immunes occupera un espace vaste, non seulement grâce aux succèses obtenus dans ce chapitre étendue de la pathologie humaine, mais aussi en raison d'autres premières médicales que nous appartient: la négativation des auto-anticorps par apithérapie. Par des longues études comparatives, aussi en première émission médicale, nous  démontrons la théorie de l’api-prévention dans les maladies auto-immunes.

L’action antigénique de PMN est stimulée par des médiateurs solubles tels que les cytokines TNF et IL-1β. Ces cellules avec des grains cytoplasmiques – étant soutenues par un riche équipement enzymatique et un grand nombre de molécules d'adhésion (ICAM) - en coopération avec les lymphocites T, B et des cellules présentant l'antigène (APC), interviennent contre l'antigène (par phagocytose / pinocytose) et la détruisent. Avec un fort potentiel oxydatif, elles libèrent des grandes quantités de RLO, dégradant non seulement les antigènes, mais aussi les épitopes. Après la destruction de l'antigène, sous l'absence éventuelle d'antioxydants qui peuvent contrôler, limiter et arrêter leur actions, le PMN continue de libérer des enzymes protéolytiques et RLO et peut entraîner des blessures graves, l'automutilation, l'auto-immunité, vieillisse prématuré.

Les apithérapiques produits par l’Apytherapy Médical Centre sont impliquésd’une façon bénéfique dans ce processus de protection de l’immunité et / ou de prévention de l'apparition de l'auto-immunité, parce qu’ils:

1) assurent la synergie d'action par la synergie de présence d'un important nombre de substances qui prennent en charge, mais aussi limitent les actions anti-inflammatoires des PMN;

2) s'assurent, aussi par synergie, les substances qui peuvent protéger les cellules voisines de toute action agressive de PMN, qui agiraient d’un façon illimité;

3) fournissent tous les matériaux nécessaires à la reconstruction des cellules détruites.

Nous rappelons de nouveau le fait d'une grande importance, en particulier pour les organismes dont le métabolisme est mauvais, que cette offre a caractère de dualité: elle inclut à la fois les substances primaries, précurseurs necessaries, à partir de desquelles le corps peut synthétiser les substances dont il a besoin, et une variété de biomolécules préformés, compatibles, directement disponibles au corps qui lutte pour maintenir ou retrouver sa immunité.

Dans une courte et incomplete synthèse des rapports apithérapiques-PMN- immunité physiologique, nous pouvons conserver certains aspects significatifs de l’intervention des apithérapiques dans la régulation de leurs fonctions anti-inflammatoires, parce que les apithérapiques comprennent:

- des substances qui aident à réguler l'homéostasie des fonctions de la moelle osseuse, où sont synthétisés et commencent la maturation les PMN-s, et d’où elles arrivent, par le flux sanguin et diapedese à la zone touchée par les antigènes;

- des substances qui facilitent la locomotion des PMN dans la zone touchée;

- toute la gamme des enzymes qui forme le riche et variée équipement enzymatique protéolytique- oxydatif  des PMN-s;

- tous des antioxydants connus dans les sciences médicales, y compris toutes les enzymes qui contrôlent, limitent et arrêtent l’activité des PMN-s après la neutralisation de l’antigène, celles-ci ayant aussi le rôle d’inactiver les RLO-s, prévenant l’apparition des blessures et la destruction des des propres cellules et tissus;

- toutes les substances primaires précurseurs des glycoprotéines, mais aussi des glycoprotéines comme biomolécules directement disponibles, ce qui contribue à la synthèse d'anticorps, qui, du point de vue biochimiques, sont des glycoprotéines et jouent des rôles importants dans l'immunité physiologiques de l'homme;

- toutes les substances contribuant à la reconstruction de cellules éventuellement détruites, à la fois en tant que matériau brut pour la biosynthèse propre et en tant  que biomolécules: acides aminés,  lipides, glucides, minéraux solubilisés, acides aminés d'ADN et d'ARN, facteurs de croissance etc.etc;

Ne rapprochant du sujet de la thématique ci-présente nous ajoutons aux ci-dessus mentionnés la déclaration – que nos la soutienons par les résultats de la recherche clinique – sur l'importance de l'albumine et la restauration du rapport physiologique A/G en interdépendance avec le calcium sérique ionique, à la fois dans l'interdiction de l’apparition des maladies inflammatoires et dans la neutralisation du procesus auto-immun.

L’immunologiste Andrew Olinescu comprend que, par rapport à toute autre thérapie, l'administration systémique des enzymes superoxydes dismutase (SOD) et catalases dans les cas d'automutilation, est “le seul traitement efficace"(Olinescu, 2005).

Il est bien connu que la SOD et la catalase sont omniprésentes dans les produits d’abeille, comme dans les apithérapiques AMC. La SOD, comme enzyme oxydo-réduisante, catalyse la réaction de déménagement du radical superoxyde, avec formation de peroxyde d'hydrogène, ce qui limite les actions agressives du RLO:

O2-+ O2-+ 2H + = H2O2 + O2

Les apithérapiques offrent non seulement les SOD-s, comme des biomolécules directement actives, mais aussi des minéraux: Cu, Zn et Mn nécessaire pour la biosynthèse organique de cette enzyme. L’action antioxydante des SOD-s est pris en charge, en synergie de présence et d’action par la catalase, une enzyme de structure hémoprotéine, qui joue un rôle important dans la décomposition de H2O2 formé dans des peroxysomes:

2H2O2 = 2H2O + O2

Les apithérapiques offrent des biomolécules de catalase, mais aussi Mn, nécessaire à leur biosynthèse dans le corps humain. La synergie de la présence et de action de la SOD et de la catalase, les uns avec les autres, mais aussi avec d’autres bioéléments, est beaucoup plus large.

Les glucocorticoïdes apicols, bien représentés dans les apithérapiques A.M.C. ont un important effet anti-inflammatoire sans aucun des inconvénients de la corticothérapie par des corticostéroïdes de synthétiques pharmacochimique. Agissant en synergie avec les PMN-s, ils limitent leur participation à un trop grand nombre au lieu de l’inflammation par leur propre action anti-inflammatoire, réduisant à la fois quantitativement le RLO et le temps d'exposition du corps à leurs actions. En plus de l’action anti-inflammatoire directe, ils stabilisent les membranes lysosomales, empêchant la libération d'enzymes hydrolytiques, suppriment la phagocytose et  l'activation des lymphocytes T, réduissent la synthèse de l'IL-1, mais augmentant la synthèse de la lipocortine (l’anexine I) - inhibiteur de la phospholipase A2,  ayant même un effet anti-inflammatoire.

La vitamine A, en synergie avec les vitamines C et E, ainsi qu'avec certains ions métalliques, participe à oxydoreduction de RLO. La troponine agisse en synergie avec la vitamine C etc.etc.

 

Table nr. 5. L’intervention des apithérapiques dans les actions des granulocytes polymorphonucléaires  (PMN)

Soutiennent/ interdisent le movement de PMN au site de l’infection

Soutiennent l’action des PMN de dégradation de l’antigène sur le site affecté

RLO produits par l’action oxidante de PMN

Protégent les cellules contre  RLO/ aident la reconstruction cellulaire

- Glycoprotéines - pour la synthèse d'anticorps

- Acide arachidonique - pour la synthèse des leucotriènes et prostaglandines

-Acid-aminés - pour la synthèse de certains composés moléculaires (comme le fMLP, la méthionine, la leucine, la phénylalanine).

-Albumine:

    a) rôle de transport des substances bioactives;

    b) interdit le début d’autoagressions

-Ca 2 +:

    a) prend en charge synergique les actions

      de l’albumine

    b) la hypocalcémie

      ionique favorise

     la synthèse des auto-anticorps,

     de l’hypoalbuminémie et l'apparition  de l’ auto-immunité.

*Enzymes lysosomales

*Protéinases- élastase,

collagénase, cathepsine G

*Hydrolases acides de

  type  glucuronidases,

   glycerophosphatases etc.

* Oxydases de type NADPH - oxydent avec la source de formation dans l’acid nicotinique et flavoprotéines: initient l'oxydation.

* Holoproteines ​​et hetero- protéines –

qui forment des complexes moléculaires sur la surface des PMN ou des cellules endommagées.

 

 

 

 

Par métabolism

oxydatif génèrent:

 

O2-  –superoxyde anion

 

H2O2–peroxyde de

           hydrogène

 

1O2- oxygène singulet

 

OH – radical hydroxyle

 

ROO-  - peroxyradical

 

HOCl – acide hypochloreux,

produit en présence de MPO        

 

 

 

 

 

 

 

 

1)Controllent/limitent

l’action des PMN:

-la superoxyde-dismutase

-catalase

-glutathion

 peroxydase

-glutathion transférase

-glucocorticoïds apicoles,

 bien représentés dans

les CENTAUR I, II, III

-albumine - interdit la synthèse de 1O2

-Ca2+-il soutien y compris les actions  biologiques de l’albumine

- Autres antioxydants

2)Stéroïdes apicoles antiinflammateurs

3)Toutes les substances pour la protection et/ou la reconstruction de la cellule.

 

 

 

(Adapté par AndriÈ›oiu V., 2006, 2012; AndriÈ›oiu È™i Andritoiu,2010)

<< Revenir en Table des Matiers Continuer a lire >>
Copyright ©2010 - 2018 Apitherapy. Toate drepturile Rezervate. | Site realizat de servicii.IT