Langue:      
V.1. SANTÉ, MALADIE, DIAGNOSTIC

Comme dans les religions et les philosophies de l'humanité il y a des notions antagonistes du bien et du mal, de lumière et de ténèbres, et ainsi de suite, de la même manière, en médecine, il y a des concepts opposés, contradictories - de santé et de maladie. L'état de santé exclut l'état de maladie. La médecine comme science - de l'empirique au contemporain – a été née de la nécessité de recouvrer la santé perdue ou, plus efficacement, avec la tâche de prévenir les maladies1.

Naturellement, le titre du chapitre aurait dû annoncer notre méthode, première en apiprophylaxie, puis en apithérapie. Nous allons vous expliquer au bon endroit pourquoi nous avons inversé l'ordre de ces concepts, dont le sens est différent.

Dans cet article, nous mettons en question non seulement le potentiel thérapeutique de l'apithérapie, mais nous reprenons aussi la discussion sur la notion d’apiprophylaxie, que nous avons mis dans la circulation scientifique par nos thèses pour obtenir les diplôme en medicine, aussique par des études précédentes (voir l’Annexe 1). Nous avons l'intention de faire valoir scientifiquement l'efficacité de l'apithérapie par notre méthode, étroitement liée aux concepts de la santé et de la maladie, en relation étroite avec le diagnostic, basé sur les signes, les symptômes, les examens médicaux, les antécédents familiaux, l'enquête socio-économique de l'environnement du patient, etc.

La santé, simplement définie, est la condition de l'individu où il y a un état de bien-être donné par le bon fonctionnement de l'organisme – du point de vue physiologique, psychique et émotionnel 2.         

La maladie est l’alteration de l’état de santé - physique, mentale, psychologique - qui peut avoir une ou plusieurs causes externes (exogènes) ou internes (endogènes) qui sont généralement, mais pas nécessairement - connues. Les maladies peuvent avoir aussi des raisons idiopathiques (non identifiés, d'origine inconnue)3. La plus précise, concise et dans l'esprit de la biologie moléculaire et cellulaire,  ainsi que dans l'esprit de l'immunologie, appartient au roumain G.E. Palade, qui, en 1982 a déclaré: «Les maladies sont en fait le résultat d’un malfonctionnement cellulaire accumulé» .

Les maladies peuvent avoir une ou plusieurs causes et sont «prédictes» par des signes et des symptômes pour lesquels le future patient cherche le médicin. Il y a des cas où la même question peut causer l'installation des différentes maladies mais aussi des cas dans lesquels les mêmes signes et symptômes appartiennent aux différentes maladies. Le médecin, après l’anamnèse4 et l’examen clinique5 , pour déterminer la cause / l’étiologie, le diagnostic précis,

(ou tant près de ceci que possible), et aussi pour adopter le protocole thérapeutique et évaluer le pronostic, recommande l’exécution des certains examens de laboratoire complémentaires.

Le diagnostic, quelle que soit la maladie, sera établi par le clinicien (médecin spécialist), et il implique les données obtenues à partir de signes de la maladie/maladies, les symptômes et tous autres informations obtenues par l’anamnèse, par l'examen clinique et les tests de laboratoire et autres examens complémentaires.

Bien sûr, un rôle clé pour établir le diagnostic et le protocole thérapeutique est joué par l'analyse des données obtenues par des examens cliniques et de laboratoire, moment quand survient, qualitativement, l'expérience clinique du médecin. Le sens clinique des grands médecins est parfois évoqué, sens qui implique des mécanismes d'intervention intuitives. Ces derniers surtout, non seulement une résultante de la formation professionelle exceptionnelle et de l'expérience clinique, sont les privilège des grands médecins, doué à leur noble profession. Ces personnes, qui ne traitent pas la maladie, mais traite le patient, l'homme, sont ceux qui apportent la  medicine au niveau de lart.

-----------------

1. Dans la Chine ancienne et celle du Moyen Age, les plus appréciés médicins étaient ceux qui empêchaient les maladies.

2. Dans l’acception de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la santé n'est pas seulement l'absence des maladies ou d'une certaine infirmité, mais comprend, en plus du bien-être physique et mental, le bien-être social.

3. Cité Valeriu Rusu, Medical Dictionary, Édition médicale, deuxième édition revue et augmentée, Bucarest, 2007, p 256.

4. L’Histoire médicale précède habituellement l'examen clinique. Se compose des informations obtenues par le médicin par la discussion avec le patient ou les soignants de celui-ci sur ses symptômes, sur l'histoire - l'histoire de la santé - des antécédents familiaux de toute maladie, la maladie, certains détails sur l’evolutions de la maladie, etc..

5. L'examen clinique consiste à examiner le patient dans le cabinet du médecin, de façon ambulatoire ou stationnaire, au chevet du patient. Cet examen, ainsi que l'enquête sur les antécédents familiaux précède et conditionne les recommandations pour l'analyse en laboratoire et / ou pour d'autres examens complémentaires (échographie, l'imagerie, l'endoscopie, l'allergie, la parasitologie, toxicologie, microbiologie et ainsi de suite).

<< Revenir en Table des Matiers Continuer a lire >>
Copyright ©2010 - 2018 Apitherapy. Toate drepturile Rezervate. | Site realizat de servicii.IT