Langue:      
I.2. DES CHOSES CONNUS ET INCONNUS SUR LES CADEAUX D'ABEILLE

 

Le miel est le produit le plus célèbre de la colonie d'abeilles. Les abeilles, cependant, donne aux gens une variété de produits: le miel, le pollen, le pain d'abeille, la gelée royale, l’apilarnil, la propolis, la cire d'abeille et le venin d'abeilles. Sauf les deux derniers dans la liste, ils sont  nourriture.

* L’ambrose, comme on appelle le boisson de la vie éternelle des dieux de l'Olympe, a été préparée avec du miel.

* Le miel a été surnommé, à cause de ses effets énergisant et rafraîchissant, le "lait des vieux".

* Le miel est le plus ancien édulcorant que les gens pourraient avoir.

* Le miel est un aliment qui est le plus proche de la structure du sang.

* Contrairement au sucre, le miel développe et protège l'intelligence humaine. Le cerveau, pour maintenir le développement de ses fonctions, a besoin de glucose, qui est sa seule nourriture. Les miels, avec de très petites différences, contient habituellement environ 32% de glucose, qui fait partie de la catégorie de monosucres directement assimilables (c'est une hexose). Par conséquent, celui qui consomme quotidiennement 100 g de miel fournit à l'organisme 32 g de glucose. La fructose, contenue dans les miels est dans une proportion d'environ 38% et peut être métabolisée en glucose.

* La Roumanie, bien que classé au quatrième rang des pays européens pour la production de miel, est l'un des derniers endroits de la consommation par habitant de cette nourriture merveilleuse. Il semble que les parents et les enfants apprécient plus les bonbons, chocolats ou autres friandises à base de sucre et d'arômes différents, plus ou moins malsaine.

* Certaines personnes disent qu’ils ne consomment pas le miel et ne l'achetent pas, aussi, pour leurs enfants, parce que ce serait trop cher. Jamais, cependant, 100 g de miel ne coûte pas plus d'une barre de chocolat du même poids. Si on ajoute à cela le coût du traitement pour différentes conditions avec lesquelles les gens ne se confrontaient pas s’ils remplaceraient le sucre par du miel, des avantages, y compris financiers, plaideraient pour remplacer le sucre par du miel.

* Souvent, les gens se posent la question: "Combien de miel devons nous manger tous les jours?" La recommandation la plus fréquente considère que la consommation normale et saine de miel est de 1-3g par kg de poids corporel. Le débat sur la consommation normale de miel, cependant, doit être nuancée. Il est connu que les lipides sont la source d'énergie la plus importante pour le corps humain. Elles sont nécessaires pour le corps humain, en particulier dans des quantités légèrement plus élevés pour les personnes qui effectuent un travail physique avec acharnement. Cependant, leur utilisation exagérée, selon leur qualité, aussi, au-delà du nécessaire pour les fonctions de l'organisme,  mais aussi vis-à-vis des possibles déséquilibres dans le métabolisme des lipides, entraîne un certain nombre de maladies causées par les plus en plus connues et plus  fréquentes dyslipidémies. L’énumération de cettes maladies à partir des maladies cardio-circulatoires et jusqu'au diabète de type II, est décourageant de long. Dans cet article, nous nous proposons d'attirer l'attention - un fait moins discutée dans la littérature médicale – sur l'influence de la dyslipidémie dans la survenue de nombreux cancers. Á la place qui lui revient dans le chapitre sur les maladies traitées par l'apithérapie, nous illustrons ces situations avec un grand nombre de cas cliniques concrets.

        J'ai dit que le glucose est le seul aliment du cerveau humain, qui est suffisamment démontré dans des études cliniques médicales. Si c'est le cas, même sans raisons médicales, il est clair que le glucose, d’ailleurs nécessaire pour tous les gens, est nécessaire dans des quantités plus importantes  pour les élèves, les étudiants et toutes les personnes qui développent des activités intellectuelles. La diminution de la consommation de matières grasses pour les glucides, est plus nécessaires pour les gens assis sur la chaise, par la nature de leur activité, plusieures d'heures par jour. Ces gens, qui font très peu de mouvement, s’ils étaient soumis à l’auto-analyse constateront que, surtout après un certain nombre d'années, ils ont arrive sur le point  presque d'éviter, encore ou moins conscients, l'effort physique. Même s’ils ont l'intention de lancer un programme impliquant l'exercice et l'effort physique, ils ajournent “sine die” ce chose pour des raisons les plus diverses - parfois, ils sont à la recherche de ces raisons, ou, au contraire, ils les inventent. Dans la plupart des cas, ces personnes sont conformes à consommer des bonbons gras et à base de sucre, mais ne sont pas compatibles avec le programme qu’ils ont commence et qu’ils le cessent, beaucoup plus facilement que l'effort de la volonté avec laquelle ils l’ont commencé.

L'avantage de la consommation régulière de miel est qu'elle fournit la plus grande quantité et le nombre le plus important de glucides assimilables directement, sans la nécessité pour eux de franchir une coupure par une enzyme digestive, comme c'est le cas avec le sucre ordinaire, qui est, après tout, un charbon blanc. En plus, de la saccharose, la seule substance qu'il contient est seulement une petite quantité d'eau à un taux de 0,01%. Certains nutritionnistes, lors de l'examen du sucre pour le corps, sans trop exagérer, l'appellent «mort blanche».

La glucose du miel, contrairement à la graisse, qui agit plus lentement, est le plus rapide énergisant physique et intellectuel, assurant presque instantanément la capacité d'exercice  (elle remplace rapidement la glucose consommé durant l'exercice).

* Les plus grands consommateurs de miel doit être les plus jeunes: les enfants! Leur appétit pour manger des bonbons, quels qu'ils soient, est déterminée, en plus de goût, de la forte consommation d'énergie necéssaire pour leur évolution, et au fait qu’ils sont constamment en mouvement, ou ils apprennent.

Jusqu’à ‘lâge de l'adolescence inclusivement, la consommation régulière de 3 g de miel par kg de poids corporel, en particulier pour ceux qui ne mangent pas de fruits, est plus que bénéfique. Sauf le fait qu’elle ne fourni pas des fibres – le pollen fait ça, mais pas assez beaucoup - il serait très difficile, sinon impossible, aussi pour un nutritionniste réel, de compiler une liste de fruits qui contiennent un cocktail plus complet et équilibré que le miel en ce qui concernent les glucides, aussique les vitamines, les minéraux, les enzymes, etc. Mais pas de problème, la consommation de miel peut être plus élevé. Par exemple, jusqu'à 20 kg de poids de l'enfant, 5g de la consommation de miel par kg de poids corporel n'est pas excessif - s'élèverait à  100 g environ par jour. Combien d'enfants de cette taille, ne mangent pas un chocolat 100 g – des bonbons de sucre ou d'autres - si on leur donnent ou ils l’ont à portée de main? Le montant de 100 g de miel n'est pas plus de 6-7 cuillères à café de miel moyennes et peuvent être consommés tels quel ou comme édulcorant. Une tranche de pain, peut-être un peu grille, avec du beurre et du miel, avec une tasse de thé rose de camomille, légèrement aigre, peut faire du plaisir à tout enfant en bonne santé. Et si on mélange le miel avec un peu de poudre de cacao et sur la tranche beurrée, avec du miel, on met quelques noyaux de noix, peut-être un peu moulus, je ne peux que leur souhaiter: Bon apétit ! Et le miel avec des noix, sont de véritables fournisseurs de lécithine. Sur un poids corporel de 40-50 kg, en fonction de la structure usuelle de l’alimentation réguliere quotidienne, la consommation quotidienne de 3 g de miel - 120-150 g par jour n'est pas excessif. Il semble y avoir beaucoup de mile ? Une seule tasse de thé, surtout si elle contient plus de vitamine C - de sorte qu'il est aigré - nécessite environ 4 cuillères de miel (environ 50 g).

* Afin de maintenir ses qualités, le miel ne doit pas être exposé directement au soleil. Produit dans l’obscurité des ruches, bien que le nectar est fabriqué à partir des fleurs choyés par le soleil, le miel est photosensible.

* Chauffer le miel à 710 oC signifie le détruire, l’inverter, en 40 minutes, le chauffage pendant 4,5 heures détruite à la moitié la quantité habituelle des enzyme. Si le miel est maintenu à haute température ou chauffé pendant 5 heures, il produit une substance toxique, ce qui le rend impropre à la consommation - hydroxymethyilfurfuraldehide (HMF).

Le miel doit être maintenue à plus long terme, à la temperature de 8-90C.

Le miel, dans la ruche, est produit à une température moyenne de 370C et il n’est pas thermostable (par rapport à la température normale du corps humain). Donc, il ne faut pas soumettre le mile à des températures supérieures à 40-450C, parce qu’il perd beaucoup de son potentiel thérapeutique (les thés, par exemple, pour protéger la qualité du miel, ne sont pas radoucis lorsqu'ils sont chaud!).

* Dans le miel ont été identifiés 350 substances (sucre ne contient pas que ... le sucre).

* La couleur de différentes variétés de miel, monofloraux, polyfloral ou de manne, est donnée par les pigments contenus dans le nectar des fleurs.

* Médicalement, le plus utile miel est le miel polyfloral. Il est produit à partir de la flore mellifère de l’enceinte du rucher, additionnée ou non, de la flore des cultures agricoles. Dans l’année 1990, j'ai envoyé pour un laboratoire d’Allemagne, un échantillon de miel polyfloral  obtenu à partir de notre rucher (stationnaire), situé sur la colline avec le nom archaïque Prisăci (Ruchers) de la localité Balanesti de Gorj. D'après le rapport d'analyse que j'ai reçu – je l’ai publié en 1998 dans le livre “ABC de l’apithérapie” - le miel est apparu que c'était le résultat du nectar de 68 de plantes mellifères de la région. Lors de la recherche de l'origine florale du miel, l'indicateur le plus important est la teneur en pollen (ne peut être vu à l'œil nu).

* Le miel en rayons de miel, mâché longtemps, offre aux consommateurs la saveur supplémentaire et un plus de substances (la cire, par exemple, contient plus de vitamine A que la viande).

* La capacité du corps d’absorber la quasi-totalité du miel consommé dépasse le degré d'assimilation de tout autre aliment. Á 1 kg de miel consommé, le degré d'assimilation est de 98% (c'est à dire, de 1000 g, seulement  20 g deviennet résidus et sont éliminés).

* Même dans l'Egypte ancienne, en ce qui concernent les effets bénéfiques du miel pour les enfants, il a été constaté que les étudiants qui ont mangé du miel étaient plus développés physiquement et intellectuellement.

* Les anciens soldats grecs ont reçu dans les campagnes militaires, une ration quotidienne de miel (peut-être ainsi a était possible l’apparition du marathon).

* L'action antimicrobienne du miel, disent les chercheurs, est supérieure à celle de la pénicilline et de la streptomycine.

* Aucun aliment n'est plus stérile que le miel. Même le miel ensemencés avec des bactéries les plus dangereuses, devient vite stérile. La raison en est simple: les bactéries ne peuvent pas vivre sans une quantité d'eau plus petite qu'elles contiennent; le miel, fortement hydrophile, extrait cette eau et les bactéries sont tuées. Dans le miel sont des substances à l’action antigerminative, atiseptique, bactéricide et antibiotique.

* Beaucoup de mères évitent sucrer le lait et le thé de leur enfants avec du miel jusqu'à l’âge d’un an, parce que les médecins leur ont dit qu'elles risquent le botulisme. Pour clarifier les choses: de la santé de la nourriture de production animale, dont la liste est inclut le miel, aussi, s’occupent les autorités vétérinaires. Il est connu que le botulisme est une intoxication alimentaire, souvent mortelle, causée par la consommation de viande, parfois, mais la plupart du temps on en trouve dans les conserves, contenant la bactérie Clostridium botulinum (toxine bacille). Mais le miel produit par «l’animal» appelée abeille, même si mécaniquement classé parmi les aliments d’origine animale, est la nourriture la plus stérile que possible. Pour les enfants des apiculteurs, dans les foyers duquels on n’y trouve pas du sucre, le miel est le premier édulcorant à recevoir. Toutefois, leurs enfants ne font pas botulisme. Parmi le grand nombre de mères que j’ai conseillé de sucrer le lait et le thé des enfants avec du miel, il n’y avait pas eu lieu aucune plainte que son bébé aurait contracté le botulisme. Il n’y a pas de pédiatre que sache un cas de botulisme causé par le miel. Et pourtant, parce que le miel est inclus dans la liste des aliments d'origine animale, ils continuent à conseiller les mères de ne pas l’administrer à leur  enfants jusqu'à l'âge d'un an, les privant de cet élixir merveilleux, véritable symbole de la santé.

* On a fait toutes les grandes choses avec beaucoup de travail. Le nectar des fleures n’est pas de miel. Le miel est fabriqué à partir du nectar, auquel les abeilles ajoutent leur propre sécrétions, des enzymes inestimables qui donnent vie à ce merveilleux produit apicole. Parmi les nombreuses enzymes trouvés dans le miel  une place importante l’occupe l’invertase, qui inverte (transforme) le sucre du nectar en monosaccharides directement assimilables. Parmi les autres, une place importante est occupée par les enzymes superoxyde dismutase (SOD) et catalase, dont la valeur anti-inflammatoire dans les maladies auto-immunes est plus élevée que la valeur de n’importe quell medicament, stéroïdien ou non-stéroïdien ou de n’importe quel autre drogue (les deux enzymes il y a dans les produits apithérapiques produisés par nous-même dans le cadre de l’Apitherapy Medical Center).

Pour produire 1 kg de miel, les abeilles apportent dans les alvéoles de la ruche 4 litres de nectar. Le jour aussi, mais surtout pendant la nuit, on fait le vannage pour sécher le nectar: ​​une partie d’abeilles, placés dans un certain ordre, battent en permanence leurs ailes, de sorte que les courants d'air crées, couvrant les surfaces des rayons de miel, soient orientés vers l’entrée de la ruche et à partir de là en dehors de la ruche. Les courants d’air sont chargés des vapeurs d'eau du nectar, qui est vanné par les autres abeilles: il est pris dans les poches d’abeilles et déplacé des centaines de fois, d'une cellule à l’autre. A chaque déménagement, les abeilles lui ajoute, chaque fois, les enzymes qu’elles sécrètent spécifiquement. Lorsque l'eau du nectar est réduite à une concentration de 17 – 18 %, les abeilles de cire (jeunes, qui n’ont jamais volé hors de la ruche), couvrent chaque cellule remplie de miel avec une fine couche de cire. Elles lui posent le couvercle, disons les apiculteurs. Lorsque les surfaces des alvéoles sont couvertes au moins en proportion de deux tiers, le miel est, comme le disent ces extraordinaires gens, cuite. Maintenant, il a toutes les qualités nécessaires pour nourrir la famille des abeilles jusqu’au printemps prochain, lorsque les arbres et les fleurs seront en mesure de fournir le prochain nectar. Mais aussi maintenant, que le miel est à capacité, les apiculteurs savent qu'il est le temps de récolte – l’extraction du miel des rayons. C’est “le grand pillage": les abeilles ne récoltent pas du miel pour nous. Nous le prenons d’eux !

* Comment choisir un vrai miel sans falsification? Personne ne peut prendre dans les marchés et les magasins un laboratoire avec lui. Et pourtant, l'acheteur peut utiliser un minimum de connaissances. Un miel bien "cuit", donc, avec un contenu normal de l'eau, doit peser, pour le volume d'un récipient d'un litre, entre 1450 şi1480 grammes + - 10 grammes. Il y a aussi le test de crayon encre et celui de la poire, mais le plus précise est la cristallisation. Si on trempe dans le miel la pointe acérée d'un crayon encre, quand on écrit avec lui sur le papier, il sera souillé. Si un pot de miel est tourné à l'envers il fera une bulle d'air en forme de poire, se levant lentement vers le fond de la jarre. Si la bulle d'air ne se forme pas ou elle monte très vite, ça signifie que le miel n'est pas assez mûr (il a une teneur en eau plus élevée que la normale). Mais la preuve la plus disponible, est celui de la cristallisation. Sauf le miel de miellat, les miels cristallisent. Même le miel d'acacia cristallise après l'expiration d'environ quatre ans. La cristallisation plus rapide ou plus lente des miels polyfloral et monofloral est un phénomène tout à fait normal. Par exemple, le miel de tournesol et de framboise cristallisent peu de temps après l'extraction. Le miel polyfloral commence à se cristalliser vers le coeur - le fin de l’automne. Beaucoup de consommateurs-acheteurs ne savent pas cela et se plaignent que leurs apiculteurs ont fait le miel  avec du sucre. Les apiculteurs savent ce chose et afin de vendre leur travail, faire cuire le miel. Il ne cristallisera pas plus, mais il sera fortement réduit de principes bioactifs. Si vers le fin de l'automne et en plein hiver le miel n’est pas cristallisé, il était bien cuit. S’il est emballé juste après ébullition dans la partie supérieure de la colonne de miel dans le pot, apparaît une série de bulles d’air (comme un collier). Comment choisir un miel cristallisé? Si les cristaux de miel sont grands, ressemblant au sel gros, le miel est naturel, mais il contient un peu plus d'eau trop. Si le miel a un aspect onctueux, un peu comme la graisse, avec des cristals fins, presque impossible à distinguer visuellement, le miel est veritable et la teneur en eau est adéquate. Mais, surtout, avec un contenu enzymatique plus riche que les miels cristallisant grossièrement.

* Le miel assez mature (cuite), d’un contenu enzymatique normale n’est pas produite principalement dans les ruchers qui vont pas en pastorale, mais dans des ruchers fixes. Lorsque le ruchers est en pastorale et la récolte cesse, les apiculteurs n’attendent pas que les rayons de miel ou le miel a été deposé soient couverts dans la proportion d'au moins 2/3 de leur surface. Ils commencent à extraire le miel insuffisamment mûre et ils vont avec le rucher vers une autre source mellifère. Comme je l'ai dit, «la séchage» du nectar sera faite par le vannage du miel à l’aide des abeilles, c’est-à-dire en le déplaçant, cent fois, de cellule en cellule. Prenant le miel dans leur poches, afin de le déplacer, chaque fois les abeilles lui ajoute un plus d’enzymes bénéfiques. Parfois, le miel trop liquide sera met dans des recipients de maturation - certains tonneaux métalliques de grande taille, laissés en plein soleil. Ainsi, le miel, par evaporation, est amené à la concentration normale de glucides, mais il sera beaucoup plus pauvre en enzymes. Les apiculteurs - ceux qui pratique l'apiculture stationnaire – ont le temps nécessaire, entre récoltes, d'attendre la pleine maturité du miel, ce qui aura une teneur normale en enzymes.

* Quel est le meilleur mile ? Il s'agit d’un question plus que habituel. Tout le miel est bon ! De toute évidence, un miel d’acacia, bien mûr, incolore, est lisse et agréable. Du point de vue médicale, les plus précieux sont les miels polyflorals obtenu à partir de la flore spontanée. Et parmi ceux-ci peuvent exister des différences qualitatives, données par la diversité, plus ou moins grande, par la flore spontanée. Chaque fleur de chaque plante mellifères offre - en nectar et  pollen - certains principes propres, utiles pour la santé humaine. Ils sont généralement les miels employés par nous dans la production des apithérapiques. Le plus reminéralisante des miels et celui de la manne. Les miels monofleurs – de lime, coriandre, menthe, framboise, etc. - au goût particularisant, sont efficaces dans les maladies pour lesquelles sont aussi utilisés les plantes dont le nectar arrivent dans le pot assis sur la table du consommateur. Le plus facile de contrefaire est le mile d'acacia. Et le faux - de l'eau et du sucre - est plus difficile à prouver, même dans les laboratoires, si le faussaire secoue sur la ruche ouverte des branches d’acacia  avec des fleurs, car leur pollen arrive dans le miel. Généralement, l'identification de l'origine florale d’un miel est basée sur l'analyse des grains de pollen qu'il contient (en quantités invisibles à l'oeil nu).

         * Nous avons parlé du miel de la manne et je pense qu'il est utile de préciser ce qu'il est. Il s'agit d'un miel brun avec des reflets rougeâtres et parfois verts lorsqu'il est vu en plein soleil. Il est un miel relativement plus rare et moins fréquent, même évité par les acheteurs un peu méfiants, principalement en raison de sa couleur. En fait, il s'agit d'un miel précieux et savoureux. Pas obtenu toutes les années. Dans des conditions microclimatiques spécifiques, les bactéries lachnides (lecanides), piquent les feuilles des quelques arbres - chênes, saules, sapins, etc – conservant les protéines extraites et supprimant les glucides. Sur les feuilles percées  apparaît une pellicule collante qui est récoltée par les abeilles et transformée en ce qui est appelé miel de miellat (de manne). Par conséquent, il ne s’agit pas de la manne qui fait damage aux   certaines cultures agricoles, ni de la manne qui a nourri les juifs errant dans le désert à la recherche de la Terre promise.

* Le meilleur somnifère et sans aucun danger: un verre d'eau tiède sucrée avec du miel; en outre, sera combatue la constipation et favorisé l’élimination des toxines.

* Dans des nombreuses cliniques d’apithérapie du monde, pour traiter les affections respiratoires sont utilizes des aérosols du miel.

*Le miel est un agent de conservation inégalable: la population de l’île Ceylan coupe la viande en morceaux, les enduit avec du miel et les accroche à 1 m au-dessus du sol, où ils restent inchangés et avec un bon goût bien plus qu'un an. Moi-même, quand je pars avec les ruches en pastorale montagne pour longtemps, au niveau du sapin, j’assis les «rôtis» dans le pot, en portions et un peu "sechés" en avance. Je verse le miel sur eux "dans son intégralité" et à la place  d’exécution je lave le miel à la source d’eau et j’obtien le plus savoureux  repas "végétarien":  rôti sur la braise ou au four, au feu, enveloppé dans des feuilles de bardan enduites d'huile: je peut facilement obtenir le “drogue” par une fermentation de framboises et/ou  bleuets   avec de l'eau et de miel (supérieur de loin à la meilleure bière germanique ). N'est pas ici le cas pour vous dire comment faire un rôti cuit dans le feu, comme des pommes de terre cuites au four. Mais en raison de l'absence du temps nous le préparons seulement lorsque les ruches sont en pastorale, au niveau du sapin et je vous dit que c’est un rôti de l'apiculture pastorale. Pour nous même, nous faisons un contrôle rigoureux de la consommation de viande. Nous n’encourageons pas quiconque à l'excès, ni manger tout type de viande. Nous évitons avec soin la viande de boeuf (elle stimule le collagène, la fibrose), aussique la viande d’oiseau, surtout si elle est d'élevage, à soulevé «forcée». Le rat, le singe et le porc offrent la viande la plus proche en structure cellulaire de l'être humain. Comment vous ne pouvez manger des rats et ne pouvez pas trouver des singes,  seul le porc demeure en question, le porc que vous l’évitez au profit d'autres viandes. Peut-être que lorsque nous parlerons de l'hyper- ou hypo-proteinemies à propos de maladies auto-immunes, de la dyslipidémie, nous revenons à des données scientifiques rigoureuses sur cette question.

Entre autres raisons, parce qu'il y a des cas où la consommation de viande devrait être limité drastiquement, ou complètement interdite. Dans l’absence des nutritionnistes - que nous appelons nutritionists ceux qui savent ce qu’ils disent, pas ceux qui disent ce qu'ils savent ! - TV et les médias font l'éducation nutritionnelle, et la plupart de l'information est propagée par des gens sans connaissance du métabolisme humain, y compris le niveau cellulaire, ils disent ce qu'ils savent, mais souvent ils ne savent  pas ce qu’ils disent. Un exemple: la viande de dindon contient plus de cholestérol que le porc.

Revenons, cependant, sur le plus délicieux rôti “apicole”. Si vous ne connaissez pas le bardan commun, dont les feuilles enduites d'huile, vous vous pouvez en servir, il faut lubrifier abondamment avec de l'huile, un morceau de papier blanche, plus grand. En son milieu, placez les tranches de viande dont l'épaisseur est d'environ deux pouces. Vous pouvez completer le rôti par n'importe quel assaisonnement vous le souhaitez, et si vous n’avez pas un autre, mettez du puliot-bâtard et feuilles de menthe  - vous ne le regretterez pas! Vous pouvez placer sur cette couche de viande des poivrons ou piments, oignons et tranches de tomate. Placez dessus d'eux une autre série de coupes de viande - en fonction du nombre de convives, puis enveloppez de telle sorte que le rôti soit enveloppé dans quatre couches de papier huilé. Pendant ce temps, l'un des convives fait un bon feu: s’il participe à la fête, ne le laissez pas rester avec ses mains sur sa poitrine! Quand vous obtenez suffisante braise, assurez la place pour le "paquet" de sorte que vous avez une couche de braises sous le paquet, aussi, mais que vous pouvez l'enrouler dans la braise, de la meme façon que vous traitez les pommes de terre cuites (si vous êtes habile, vous pouvez mettre entre ou au-dessus de tranches de viande, même des pommes de terre). Cliquez à nouveau sur le feu au-dessus de la braise pendant environ 45-50 minutes. Puis retirez la braise et enlever le paquet du feu. Vous verrez que, protégé d'huile, seules les deux premières couches de papier ont été poinçonnés par le feu. Vous mangez le plus tendre et plus savoureuse rôti et la saveur des légumes sera inoubliable. Si vous avez un jardin à portée de main, pas besoin d'attendre l'été prochain pour se préparer ces rôtis. Si vous ne réussirez pas, gardez à l'esprit que mon conseil est certainement une bonne chose. Rechercher le coupable ailleurs! Si dans les montagnes il y a aussi des enfants, mélangez 3 kg de framboises écrasées avec un kg de miel, ajoutez le jus des 3-4 citrons, attendre deux ou trois heures, puis filtrer. Si elle semble trop solide, ajoutez, après vos goûts, d’eau froide de la source d'eau. Vous obtenez un jus difficile à oublier, tout à fait naturel. Pour les adultes, à 3 kg de framboises ajoutez un kg de miel, deux litres d'eau, une à deux citrons dans leur coquille et de la levure de la dimension d’un noix. Mettez tout dans un bol à bouchon de fermentation. Pour accélérer la cuisson, placez le pot sous une feuille incolore et placez-le au soleil. Le lendemain, dans la soirée, vous aurez une sorte de bière aromatisée, de faible teneur en alcool. Après environ trois ou quatre jours bouvez avec modération, ou plus des dîneurs se réjouirons ! C'est ce qu'on appelle, de s'en tenir au sujet discuté, "joie de l’abeille" (elle contient du miel, n’est-ce-pas ?)

* Les œufs, conserves dans le miel, sont fraîches et au bout de quatre ans.

* Agent de préservation d’exception,  par son structure biochimique, le miel est un aliment qui se preserve par lui-même pour des millénaires et peut être consommé sans risque. L'un des cas qui démontrent la vérité de cette déclaration est le cas de l'explorateur russe Mikluho Maklaï. Il a decouvri une amphore vieille plus de 2000 ans, où il y avait du miel. Curieux, l’explorateur a mangé  ce miel millénaire et son corps l’a toléré sans aucune réaction désagréable.

* Les qualités incomparables de conservation du miel nous ont servi de plus dans la production des apithérapiques dans les laboratoires SC STUPINA SRL de la clinique  Apitherapy Medical Center. Par tous nos efforts, quelle que soit la structure biochimique des apithérapiques, je n’ai pas pu identifier un autre agent de conservation qui assure la stabilité du produit pendant le temps, mais pas nuire à la santé. Il ya peu des compléments alimentaires et même des aliments dans le commerce qui ne contiennent pas de conservateurs. Récemment, les étiquettes cachent sous la dénomination de stabilisants. Ce nom semble moins alarmante, d'autant plus que, dans la dernière décennie, des informations sur le potentiel pathogène d'un grand nombre de conservateurs a dépassé les pages des publications en spécialité. Le miel, à la différence d'autres conservateurs est par ses propriétés, est en même temps, un aliment et un médicament authentique.

* Les colonies grecques de la côte de la Mer Noire achetaient de Geto-Dacians des "bestiaux et des esclaves" et parmi les articles de luxe, "beaucoup de miel et de cire d'abeille"; les vendaient "d’huile et toutes sortes de vins», explique l'historien Polibiu sur environ 150 ans  avant J.C.

* Il est intéressant le témoignage de l'historien Strabon sur le people thrace de Moésia, qui «se méfient, par leur piété, manger les créatures et alors voici le raison pour lequel ils ne touchent pas la viande de leurs troupeaux. Mais ils mangent le miel, le lait et le fromage, menant une vie paisible », écrit Strabon.

* Ptolémée, un autre historien grec, a écrit en l’année 150 de notre ère "les habitants de Dacia sont familiers avec le miel, le lait et le fer."

* Priscus de Panion, ambassadeur envoyé par l'empereur byzantin en Pannonie, au "fléau de Dieu" - Attila, le craint roi des Huns - traversant le Banat aujourd'hui écrit que “les villages m'apportait de la nourriture ... au lieu de blé - du millet, et au lieu de vin - d' hydromel, comme on l'appelle ici. " L'hydromel est une boisson à base de miel.

* Dans un papyrus égyptien sur les remèdes de miel, l’égyptologue Ebers Georg pouvait déchiffrer l’exhortation: "Utilisez-le, parce que le miel est vraiment très bon."

* Dans le plus ancien document médical hindoue, Livre de la vie (Jadjur-Veda), pour ceux qui veulent prolonger la vie jusqu’aux 500 ans! est recommandé, entre autres élixirs, le miel.

* Les hébreux donnaient aux enfants comme 'aliment du beurre fondu et du miel.

* Les religions de nombreuses nations et les peuples eux-mêmes, considérent comme bénis et riches les "pays où coulent le lait et le miel".

* Le philosophe grec Démocrite recommandait aux ses amis le secrète de la vie longue et en bonne santé "Exterus olio, interus mele" (donnez à votre extérieur d’huile et a votre intérieur du miel).

* Virgile considèrait le miel “un don divin tombé du ciel".

* Gandhi, homme politique et penseur indien, était violent et impulsif dans sa jeunesse. Après avoir commencé à consommer 50 g de miel il est devenu une personne équilibrée.

* Un proverbe populaire russe dit qu’avec le miel, on peut avaler le médicament le plus désagréable: «avec du miel tu peut même avaler ton âne." Est-ce ainsi?  Le trésor de la Roumaine  - et pas seulement cela – l’ont avalé les Russes, je sais bien, sans du mile; peut être ils auront une indigestion et nous le retourneront !

* Contrairement aux Russes, les profiteurs de la "révolution?" de l’anné '89 ont avalé les forêts roumaines avec une tronçonneuse et l’or des montagnes Apuseni, le grand temple d’Iancu, avec des dollars: ils n’ont pas indigestion. Généreux, ils nous laissent en heritage pour les siècles à venir, une mer de cyanure. Le miel aide mémoire: mangez du miel pour ne pas les oublier et  apporter aux «colonnes d’infamie», eux et leurs partisans fortunes ! L'histoire est la mémoire ; elle n'a pas oublié Deceneu pour l’innocent coupe de la vigne de Dacia, comment oublier ceux qui font du cyanure, symbole de la mort? Ou, bien sûr, le gaz de schiste !

* Le célèbre médecin D.C. Jarvis dans la Médicine Populaire, a declare, à la justice complete, que le miel contient toutes les vitamines que les nutritionnistes les recommandent; en outre, il est le meilleur préservatif de vitamines.

* Sur une pierre dans le temple du dieu grec de la médecine, reste encore une inscription: "Ne vous fâchez pas, calmement, bouvez du lait avec du miel, du théâtre et de la gymnastique facile ..." Magnifique! Belle, sage et vrai!

* Redécouvriant la médecine populaire, dans de nombreuses cliniques, réévaluant la puissance (germicide) antigerminative et bactericide du miel, les plaies postopératoires sont badigeonnées avec du miel au lieu de classiques pansements. La guérison est beaucoup plus rapide et les cicatrices sont moins évidents.

* L’expérience personnelle sur le pouvoir antigerminative de miel: le miel j'ai mis dans le mile des graines de nombreuses plantes, aucun n’a germé pas, meme si le miel contient plus d'eau que la terre!

* Les expériences de certains pédiatres en Suisse, USA, Russie, etc ont pu constater qu’aux  groupes d'enfants qui ont reçu du lait sucré avec du miel, l'hémoglobine était de 25% plus élevé qu’aux enfants qui ont reçu du lait sucré avec du sucre. C’est l'une des preuves du potentiel anti- anémique incomparable du miel.

Le miel, auquel l’abeille insuffle la vie, traverse les ages de l'homme: il se développe (il s’éleve qualitativement du nectar), arrive à la maturité et commence à vieillir après une année de récolte. En gros, après une année de la récoltation, commence le processus de resucrase des oses - le glucose, le fructose, le mannose et ainsi de suite - en sucres simples. L’invertase - une enzyme sécrétée par les abeilles lors de la transformation du nectar en miel - commence peu à peu à perdre effet un an après la récolte, ainsi que commence le processus de resucrase des sucres directement assimilables à sucre ordinaire, dont l'assimilation nécessite une transformation digestive. Mais, on sait, environ la même piste parcourent les plantes médicinales, aussi - un an après la récolte leur potentiel thérapeutique commence à décliner.

* Le manuel géorgienne Taigana Saakino de siècles XI-XII, raconte comment les combattants portaient toujours un sac de cuir qui contenait Kumeli: une pâte de miel qui, mélangée avec un peu d'eau, apaisait la faim des combattants et les dynamisait.

* Le venin d'abeille, parmi autres actions, est un protecteur contre le rayonnement X.

* Un décimètre carré de rayon de miel, élevé sur les deux côtés par les abeilles pour stocker le miel dans la ruche, a un total de 800 cellules.

* Les Assyriens préservaient les morts confits dans miel. Le roi Alexandre le Grand (Macédoine) a été conservé dans mile; l’empereur byzantin Justinien fut embaumé avec du miel et de la cire d'abeille.

* Platon a écrit que le miel a été sacrifié aux dieux: les fruits à sacrifier étaient enduit de miel.

Le miel était la nourriture dans le désert de Saint-Jean-Baptiste.

* Après une ancienne coutume des certaies nations dans la bouche du nouveau-né, avant d'être mis au sein de la mère, on y versait un peu de miel.

Le miel fait partie des tributes des peuples assujettis à la Rome.

* Une partie importante du tribute de la Moldavie et de la Roumanie payé à l'Empire Ottoman a été constitué des quantités de miel et de cire. En outre, les commerçants turcs parcouraient les deux principautés roumaines et il achetaient pas seulement des moutons (pour pilaf et kebab), mais aussi le miel et la cire d'abeille. Les pièces d'or avec les princes roumains ont rendu hommage, manquant les mines d'or dans les deux principautés ci-dessous mentionés, étaient venus pas seulement de troupeaux de bovins qui ont été vendus en Italie et en Allemagne, mais aussi des grandes quantités de miel et de la cire vendues en bonne partie de l'Europe.

* Les documents historiques de Moldova montrent l’importance donnée à l’élevage d'abeilles. Si un paysan voulait établir un rucher (“prisaca”, dans le langage de l'époque), le terrain lequel il a reçu sur les domaines royaux, aristocratiques ou monastiques correspondait à la surface d'un cercle dont le rayon était la distance qu'il pouvait lancer une hache.

* Les agriculteurs sur les domaines monastiques devaient payer un tribut composé de cire et de miel.

* Les apiculteurs de la Moldavie du Moyen Age ont produisaient un intéressant cire verdâtre, très apprécié pour la fabrication de bougies au Palais des Doges de Venise, car il brûlait sans fumée et plus, l'air brûlant était parfumé.

* Un produit d'abeille précieuse, auquel pas seulement les consommateurs, mais aussi les apiculteurs accordent une attention redute - est ce qu’on apelle les chapeaux ou les casquettes. Il est le film de cire avec lequel les abeilles couvrent chaque cellule lorsque le miel est assez «cuit» (c’est-à-dire il a été amenée à la concentration de glucides qui lui assurent la stabilité et la conservation à traverse l'hiver). Lorsque les apiculteurs extraient le miel, avant de mettre les rayons de miel dans la centrifugeuse, cette couche de cire est enlevée. On obtiene des bouchons  de cire au miel en contact avec eux. Généralement, les apiculteurs filtrent le miel et les bouchons seront fondues pour obtenir de la cire. Faisant ça, le dommage est supérieur au bénéfice.

* Le chapeau contient, parmi de nombreuses autres substances, une substance antibiotique qui ne peutt pas être reproduite en laboratoire. La lumière directe du soleil détruit cette substance, même si seulement il s’agit d’une exposition de courte durée. Par conséquence, les chapeaux de rayons de miel ne seront pas faits au soleil et les pots avec des chapeaux, surtout si elles sont incolores, ne seront pas exposés aux rayons directs du soleil.

 * Les chapeaux ont tous les effets thérapeutiques du miel, mais elles lui sont supérieurs dans le traitement de nombreuses maladies bucco-dentaires: la gingivite, hémorragie gingivale, la parodontite, langue géographique ou saburale, candidose ou diverses autres infections.

* Les chapeaux sont irremplaçables dans les troubles des voies respiratoires: rhinite, rhino-pharyngite, laryngite, amygdalite, bronchite, asthme bromşic, sinusite, emphysème, fibrose pulmonaire, la tuberculose, etc

* La gelée royale est produite par les glandes de la tête des abeilles nourrices et est sécrétée par le hypopharynx. C’est avec elle que les abeilles nourrissent, dans le stade de l'œuf, tous les œufs pondus par la reine dans les autres rayons de miel, d’où s’éleveront les trois castes de la colonie: les abeilles, les reines et les faux-bourdons. Lorsque les œufs passent au stade larvaire, la gelée royale sera reçue seulement par les oeuf d’où s’éleveront les reines.

* La biochimie, la pharmacologie et la médecine ne savent pas de toute autre substance,  naturelle ou de synthése chimique plus précieuse pour la santé humaine que la gelée royale.

* La gelée royale dans sa structure entièrement proportionnelle ne peut être produite même par les laboratoires les plus sophistiqués au monde. Un seul laboratoire peut le produire et sache exactement quand et combien doit être donné. Ce laboratoire, inimitable, est l’abeille nourrice.

* Dans un petit volume de substance complexe, la gelée royale contient des acides aminés (y compris tous les essentiels), des enzymes, glucides directement assimilables, des acides, des vitamines, des minéraux, des hormones, des facteurs de d’élevage et autres substances à caractère antibiotique, bactéricide , antiviral, antitumoral, etc.

* L’administration dans des fins thérapeutiques de la gelée royale doit être faite sous la direction compétente. Il n'existe aucune autre substance qui offrent autant de possibilités d'intervention thérapeutique, mais c'est risqué de prendre ce produit de l'apiculture par automédication ou recommandée d’une manière incompétente. La globuline gamma (les gammaglobulines), par exemple, contenue dans la gelée royale, peut provoquer une fibrose (y compris les fibromes utérins), l'apparition de maladies auto-immunes, hiperestrogénémie féminine, impuissance etc Le plus bon indicateur de l’administration de la gelée royale est une analyse qu’on ne fait que rarement – l’électrophorèse des protéines sériques, mais interprétée dans le contexte clinique.

* Le pollen, l'élément mâle de la fleur, grace à son role important dans l’élevage du  couvain d'abeilles est appelée par les apiculteurs le "pain d'abeille".

* Le pollen, l'élément mâle de la fleur, est un véritable cocktail d'acides aminés, vitamines, minéraux, enzymes, hormones, acides ADN et ARN, etc. Un grand amateur de pollen, le Français Alain Caillas, dans le travail “Le Pollen”, écrit avec justification complète: "Les secrets du pollen sont les secrets des plantes que la nature nous a fait partie, pour traiter de nombreuses maladies dequelles l'humanité est atteint. Les gens sont en mesure de fabriquer des bombes atomiques qui pourrait détruire le monde, mais ont échoué, quoiqu’ ils ont essayé, de recréer en laboratoire aucun grain de pollen qui contient tous les elements qui le composent."

* Regardé, le pollen semble être une boule avec la couleur des pigments de la plante d’où il  a été récolté par les abeilles. En réalité, chaque boule est constituée de milliers de grains de pollen, chacun ayant une taille de 10-50 microns.

* Pour apporter dans les rayons de miel de la ruche la quantité de 0,750 g de pollen, une abeille fait 50 vols, et chaque fois elle apporte deux boules pesant 0,015 mg.

* Lorsque les abeilles collectrices de pollen se retournent à la ruche avec les deux boules de pollen placés sur les pattes d’avant, les jeunes abeilles qui n'ont pas encore volé, le déchargent.

* Un grain de pollen est constitué d'un noyau (la partie importante du point de vue alimentaire et médicale), qui est protégé par deux coques: la coque extérieure, appelée l’exine, qui est lysée par les sucs gastriques et la coque intérieure, appelés l’intine. Ce revêtement, cependant, ne peut pas être digéré par les sucs gastriques – il est un modèle d’adaptation des plantes qui, dans leur volonté de survivre et de se multiplier, protégent leurs noyaux. L’intine, cependant, a un grand nombre de trous: leur taille ne peut être prédite par personne, si vous gardez à l'esprit que tout le grain de pollen ne peut pas être vu à l'œil nu (ce que vous voyez à l'œil nu est la boule de pollen, composée de la junction des grains, par les sécrétions des abeilles). Si la digestion est pauvre, elle ne peut pas utiliser efficacement les valences alimentaires et thérapeutiques et du pollen, car il ne peut pas extraire le noyau à travers les trous de l’intine.

* Pour augmenter les possibilités de la digestion d’exploiter le pollen c’est préférable qu'il soit homogenizé dans le miel, mais au moins un jour avant d’être consommé.

* L’académicien russe L.Tițân fut le premier scientifique qui, suite à un accident, en quelque sorte, a attiré l'attention sur la valeur bioactive valeur de pollen. Á la suite d'une étude de l'âge des gens qui ont dépassé 100 ans, il a trouvé que la longévité la plus nombreuse étaient parmi les apiculteurs qui consommaient régulièrement du pollen.

* Parce que le pollen a une haute valeur nutritive et médicale (préventifs et curatifs), nous apportons quelques précisions, qui sont des résultats, au-delà de l'étude de la littérature, en particulier à partir de l'expérience de notre centre d'Apithérapie:

           - Comme le pollen est le produit des abeilles, avec le plus grand potentiel allergène, ceux qui veulent le manger, devront faire un test d'allergie; s’ils ne se testent pas - et la plupart ne le font pas - est très utile la politique "des petits pas ". À savoir: commencer à manger le pollen seulement avec quelques boules, car une réaction allergique, le cas échéant, comme les allergènes sont en quantité minimale, n’aura des symptômes importants, risqués. Dans les jours suivants, prennez  un bout de cuillère à café, augmentant peu à peu à une cuillère à café (environ 4-5 jours); à la première manifestation allergique renoncez et vérifiez par la voie médicale la substance qui a causé l'allergie et aussi la possibilité d’immunisation à l’allergène diagnostiqué;

-  La fréquence  des personnes allergiques au pollen dans nos statistiques est de 2,1%;

- Une conclusion qui est la nôtre: il y a des gens qui font allergie respiratoire au pollen et ils savant ça à partir de ce qui se passe dans la période quand dans l'air il y a des pollens flottantes de certaines  plantes (cettes allergies ont la "suprématie" en ce qui concerne le nombre), mais il y a aussi des personnes qui font des allergies digestives au pollen; au fil des ans d’apithérapie clinique, je n’ai rencontré que deux cas où les deux formes d’allergies soient faites par la même personne; du total de 2,1% des personnes allergiques que nous avons enregistrées j'ai trouvé que les allergies digestives sont beaucoup moins fréquentes que les respiratoires et donc une personne qui manifeste une allergie respiratoire au pollen peut le manger, mais il est certainement préférable de suivre la politique des «petits pas», ou se fait faire le test d’allergie (même s’il est moins certain que la «politique» proposé);

- La règle générale est que, comme indiqué dans les études comparatives que nous avons entrepris, la suspicion qu’une personne est afectée d’allergie respiratoire ou digestif doit être fondée sur l'histoire et l'interprétation dans le contexte clinique du titre des éosinophiles (détecté par numeration leucocytaire), des immunoglobulines IgE et IgA et de calcium ionique; c'est l'une des raisons pour lesquelles, dans plusieurs études publiées, en particulier dans la Thèse de doctorat en sciences médicales, j'ai fait valoir la nécessité d'introduire, parmi les analyses de laboratoire de routine, l’électrophorèse des protéines sériques avec la détection des immunoglobulines, aussique la détection et l’évaluation de la calcémie, pas seulement en function du calcium serique total, mais aussi du calcium ionique, dont le montant dépend principalement de la quantité en pourcentage de la sérum-albumine; les personnes allergiques – du point de vue respiratoire et digestif – presentent une hypoalbuminémie sérique, une hypergammaglobulinémie et une hypocalcémie ionique;

- Á la consommation quotidienne, à un poids corporel compris entre 50 et 70 kg, d’environ 10 grammes (deux cuillères à soupe) de pollen – apiprophylactique ou thérapeutique, avec une durée moyenne de trois mois, nous n’avons pas enregistré aucun dysfonctionnement secondaire; il avaient des cas cliniques, où, dans certaines troubles, les patients ont consommé quotidiennement, pendant 5-6 mois, chaque jour, 25 grammes de pollen, avec des avantages notables et aucun résultat secondaire;

- Nombreux de gens qui ont manifésté des allergies digestives au pollen consommé simplement, n'ont eu pas du tout une réaction allergique à l'ingestion de pollen mélangé avec du miel;

- Á la consommation du pollen nous devons prendre en compte qu'il a un effet androgynisant et dans ce cas, en fonction de l'approche clinique, elle devrait être limitée (par exemple hypoestrogenemie) ou complété (par exemple une cirrhose efféminésante );

* Le pollen, peut-il être consommé comme aliment bénéfique sans recommandation thérapeutique spécifique. ? Bien sûr. Une cuillère à café de pollen par jour, consommée périodiquement ou régulièrement contribue à l’élevage saine de chaque enfant. Les jeunes, les adultes et les aînés peuvent toujours utiliser, et périodiquement, aussi (pour un ou deux mois, avec des pauses d’un à deux mois), 10-15 grammes de pollen dans une à deux tournées quotidiennes. Les effets de rééquilibrage protéique, reminéralisants, vitaminisants, etc. seront facilement remarqués.

* Le pollen qui atteint dans la cuillère du consommateur, même si les abeilles le rassemble pour l'alimentation des larves d'abeille, n'atteint jamais la ruche. Bien sûr, contre la volonté des abeilles! Lorsque les apiculteurs récoltent le pollen, ils vont obstruer l'entrée de la ruche d'un bornier (plaque) foré, ainsique les abeilles qui viennent du terrain, entrant dans la ruche sur ces trous, frottent leur pieds du bord de ces trous et le pollen tombe dans une collecteur. Il sera pris par l'apiculteur à l’arrivée du soir à venir, afin que la rosée ne l’humide pas de plus (le pollen a déjà l’humidité existent dans les fleures d’où il a été cueilli). Le pollen récolté de telle sorte, sera séché par des méthodes différentes, destinées à protéger ses qualités alimentaires et médicinales.

* Un frequente question: comment choisir un pollen de qualité? Le pollen sec, quand vous le versez du récipient dans lequel il est tenu, doit couler d’une manière similaire aux grains de blé sec. Si des boules de pollen apparaissent, grands ou petits, une sorte de conglomérat de boulettes de pollen, alors il n'était pas sec, cas dans lequel il devient toxique et peut déteminer de graves empoisonnements digestives.

* Une autre question, de la même fréquence, mais qui implique une réponse plus nuancée: qui est le pollen dont nous avons besoin? Il y a des pollens monofloraux recueillis seulement  d'une plante spécifique. Ceux-ci sont d'une seule couleur. Mais la plupart des pollens sont les pollens polyflorals. Les couleurs différentes des boules de pollen sont même le plaisir des yeux - du blanc au noir, elles peuvent couvrir toute la gamme des couleurs connues. Ces couleurs dépendent de l'ensemble des pigments végétaux qui peuvent être simultanément des sources de récolte pour les abeilles. Il est bon de noter que tous les pollens, ont des caractéristiques communes, résultées de leur structure végetale, aussique des ajouts données par les abeilles lors de la récolte, dont nous avons parlé ci-dessus, tangentiellement. Chaque type de pollen, cependant, porte en elle les principes actifs des plantes à partir desquelles elles ont été recueillies, comme leurs pigments de couleur. Par exemple, le pollen de fleurs de pissenlit, jaune, goût légèrement amer, est efficace, par exemple, dans la maladie de foie. Les pollens monofloraux, généralement, doivent être recommandés par l’apithérapeute, mais ils peuvent aussi être consommés comme stimulant alimentaire, sans aucune récommandation et sans aucun risque, à l’exception des &am

<< Revenir en Table des Matiers Continuer a lire >>
Copyright ©2010 - 2017 Apitherapy. Toate drepturile Rezervate. | Site realizat de servicii.IT