Langue:      
IV.3.1.4. LE POLLEN

 

Le pollen est l'élément mâle de la fleur, qui est récolté par les abeilles dans des grains petits  de 10-50 microns, chaque boule pesant 0,015 grammes. Chaque grain de pollen est composé de deux noyaux, qui sont "la pulpe" utile dans l'alimentation et la thérapie. Les noyaux sont protégés par deux coques (membranes): une coque externe appelée l’exine et une coque intérieure appelée l’intine. L’exine est lysé par les sucs gastriques. L’intine est indigeste, mais possède un grand nombre de trous qui sont traversés par les sucs gastriques, et qui interactionent avec les principes vitalisants des deux noyaux (Andritoiu, 2005). "Les secrets sont les secrets du pollen et des plantes que la nature nous a fait part pour traiter de nombreuses maladies que l'humanité est atteint. Les gens sont en mesure de fabriquer des bombes atomiques qui pourrait détruire le monde - dit le Français Alain Caillas - mais a échoué, quand les gens  ont essayé de recréer en laboratoire  un grain de pollen couvrant l'ensemble de ses éléments constitutifs.” (Caillas, 1975 ).

L’introduction du pollen dans l’apithérapie a un point de départ quelque peu aléatoire:  l’académicien russe L. Titanic de l’ex-URSS a mené une étude sur la longévité des personnes de plus de 100 ans et il a révélé que la plupart des longevifs étaient apiculteurs, consommateurs de  pollen. La composition biochimique du pollen est en effet d’une complexité impressionnante. Du point de vue nutritionnel le pollen ne peut pas remplacer la nécessité de substances plastiques nutritives, mais beaucoup de substances biostimulantes le recommandent comme un complément précieux (Ciaceri et al, 1972;. Caillas, 1975, Pallares et al, 1987, Campos et al, 1997.. , Mateescu, 2005; Andritoiu, 2006).

Hydrates de carbone comme des sucres réducteurs, dans une quantité de 20-40%, dont lesquels : a) pollen; b)  glucose - de 3,27 à 34,62 %; c) fructose - de 3,19 à 43,84 %; d) lactose; e) raffinose; f) stochylose; g) ribose; sucres non- réducteurs: 20% ou plus (Andritoiu, 2005; Păunescu et al, 1988). Dans le pollen ont été également détectés l'amidon, les dextrines, la cellulose (Mărghitaş, 2005).

Lipides: jusqu'à 20% sous forme d'esters d'acides gras: acides oléique, linoléique, linolénique, palmitique, stéarique, arachidonique (Andritoiu, 2005). Le pollen contient aussi des stérols dans une quantité mineure, mais essentielle. La plupart des types de pollen contiennent moins de 0,5% de stérols, nécessaires dans la métabolisation du cholestérol par les abeilles (Mărghitaş, 2005). Des études menées par Ivanov et al (1985) ont révélé la complexité des composants présents dans les mélanges polyflorals de pollen récolté par les abeilles.

Acides organiques: acide citrique, tartrique, malique, malonique, succinique, aconitique, gibbérellique, adipique, indolil acétique, acide fumarique, de l'alpha-cétoglutarate (Andritoiu, 2005). ARN et l'ADN - les deux acides nucléiques - sont dans le pollen en quantités abondantes. En fait, cela est vrai pour toute substance capable de se reproduire (Monterde et al, 1989;  Mateescu, 2005).

Les protéins du pollen représentent 11-45 %, dans leur structure étant tous les acides aminés essentiels et non essentiels qui ont un rôle dans la nutrition (Andritoiu, 2005, 2006). La haute valeur biologique du pollen résulte du son contenu important et varié des acides aminés  essentiels indispensables pour la vie. La teneur en acides aminés: arginine - 5,70%, histidine - 2,40%, isoleucine - 4,50%, leucine - 6,70%, lysine - 5,70%, méthionine - 1,80%, phénylalanine-3 90%, thréonine - 4,0% , tryptophane - 1,30%, valine - 5,70%. (Marin et al, 1966;. Caillas, 1975; Mărghitaş, 2005; Andritoiu, 2005, 2006).

Des études nutritionnelles effectuées sur la base de ces données ont montré que le pollen peut être utilisé dans une ration quotidienne moyenne de 25g/zi. Étudiant le contenu total des acides aminés libres présents dans le pollen récolté par les abeilles, Giner Pallares et al (1987) ont conclu que ces sont exprimés en pourcentage d'un niveau moyen de 28,69 mg/g pollen rapporté à son poids sec et la praline, très abondante dans toutes les espèces de pollen, on en y trouve dans la concentration moyenne de 19,51 mg/g de pollen. Bien que classées comme des acides aminés non-essentiels, on sait que la proline et la hydroxyproline sont des composantes essentielles du collagène, elles sont protéogèniques et glycogèniques (Mateescu, 2005; Andritoiu et Andritoiu, 2010).

Substances azotées: la xanthine, l'hypoxanthine, la géranine, la triméthylamine (Caillas, 1975; Mărghitaş, 2005; Andritoiu, 2005).

Vitamines: a) toutes les vitamines liposolubles (A, D, E, K); b) toutes les vitamines de la groupe B; c) la vitamine C (Mateescu, 2005; Andritoiu, 2005, 2006).

Pigments: On les trouve dans des quantités et diversités des quasi impossible à inscrire dans une liste, en fonction de la flore nectarifère; parmi celles-ci est la routine qui augmente la résistance capillaire (Okuda, 1999; Mărghitaş, 2005). Les vitamins, présentes dans le pollen dans des concentrations qui justifient l'utilisation de ce produit comme un complément alimentaire, ont, en plus du rôle de cofacteurs d'enzymes, des nombreux autres rôles essentiels dans le bon fonctionnement de l'organisme. Il a été constaté que le pollen est une source végétale importante de vitamine B12, la vitamine dont le rôle est bien connu comme facteur protéique d’origine animale avec une activité biologique extrêmement élevée (Mateescu, 2005; Andritoiu, 2006; Andritoiu et Andritoiu, 2010).

Minéraux: sodium, potassium, nickel, titane, vanadium, chrome, phosphore, zirconium,  béryllium, bore, iode, zinc, plomb, argent, or, arsenic, plutonium, gallium, strontium, baryum, uranium, silicium, aluminium, magnésium, manganèse, molybdène, cuivre, calcium, silice, soufre,  fer, chlorure de baryum, palladium, tungstène, iridium, cobalt, platine, cadmium (Păunescu et al, 1988; Andritoiu, 2005, 2006). La multitude de minéraux du pollen est d'une grande importance, certains étant des composants des protéines, certaines des phospholipides et les autres sont des coenzymes (Andritoiu, 2005; Mărghitaş, 2005). Le nickel semble en particulier associé avec l’acide ribonucléique; il protège la structure des ribosomes de la distorsion thermique et active certaines enzymes. La carence en nickel provoque des changements dans l'ultrastructure du foie et altére le niveau du cholestérol dans les membranes hépatiques. Le selenium, présent dans le pollen, est une composante essentielle de l'enzyme glutathion peroxydase, qui est nécessaire pour protéger les membranes des globules rouges (hématies) et d'autres tissus contre les dommages causés par des peroxides; il est un activateur de la vitamine E.

Enzymes: un complexe d'enzymes: amylase, invertase, protéase, lipase, phosphatase, catalase, lactase (Mărghitaş, 2005; Andritoiu, 2005, 2006).

Autres constituants du pollen: le ribose et le désoxyribose; la pectine (dans l’exine et l’intine - avec un rôle dans le péristaltisme), la lignine, la cellulose - 0,5 - 4,9%, cendres - 0,9 - 7%,  l'inositol - des facteurs d’élevage des plantes et animaux sous la forme de phosphates ou dans la composition des phospholipides), des substances de nature antibiotique. (Battagliani et al, 1969;. Bosi et al, 1975;. Ricciardelli et al, 1979;. Campos, 1997; Almaraz-Abarca et al, Campos, 1997, 2003, 2004;. Andritoiu, 2005, 2006; Andritoiu et Andritoiu , 2010).

<< Revenir en Table des Matiers Continuer a lire >>
Copyright ©2010 - 2018 Apitherapy. Toate drepturile Rezervate. | Site realizat de servicii.IT